Archives de Tag: 4L

Dany Boon – Le Retour

2 ans après le succès de bienvenue chez les chtis, Dany boon revient ce mois de novembre en haut de l’agenda en tant que réalisateur !

Le 28 novembre prochain le film sera diffusé sur TF1 à 20h50, et pour l’occasion, la première chaine s’est lâchée.  La régie publicitaire voyant dans le film une grosse manne d’argent, elle a décidé d’en faire les écrans de pub les plus cher de l’année pour la case cinéma. 150 000 euros hors taxe les 30 secondes. Les prix pour la coupe du monde 2010 étant de 5000 euros de plus. On espère que le chaine ne s’est pas trompée et que le film attirera les foules sinon, c’est sa stratégie et sa crédibilité qui vont être remis en cause.

Mais revenons au réalisateur, scénariste, producteur, acteur …. Dany Boon, qui après 3 films au succès mitigé (le code a changé : 1,6 millions, de L’autre côté du lit : 1,7 millions et Micmacs à Tire-larigot : 1,3 millions) prépare son retour !

Son dernier film en tant que réalisateur, Rien à Déclarer, sortira le 26 janvier prochain. Le film reprend la même recette de BCLC. On se retrouve de nouveau dans le nord, à la frontière avec les Belges. Cette fois-ci le décalage ne se fera plus entre Nord/Sud de la France mais entre la France et la Belgique. Quoi de mieux pour ameuter les foules que de jouer sur la raillerie légendaire des français envers leurs voisins nordique.  Le comédien joue encore sur les préjugés envers les fonctionnaires mais cette fois-ci, ce sont plus les postiers mais les douaniers. On retrouve des éléments attendrissant : la 4 l !

Le synopsis allociné : 1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un Belge, l’autre Français, apprennent la disparition prochaine de leur petit poste de douane fixe situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique.
Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandervoorde se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge. Son partenaire français sera Mathias Ducatel, voisin de douane et ennemi de toujours, qui surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandervoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales.

Dans l’autre rôle principal du film, c’est Benoit Poelvoorde qui s’y colle. Pour l’occasion, la communication autour du film a été millimétré. Ils ont repris les éléments qui ont marché pour BCLC.

A savoir impulser une dynamique à partir du Nord de la France. Montrer l’attachement du comédien à sa terre natale, et faire plaisir aux nordistes en leur faisant cadeau du film avant tout le monde.  Ainsi la comédie sortira le 26 janvier dans le nord et le 2 février dans le nord de la France. De plus pour faire monter la pression, le comédien fera des avants première avec l’équipe du film dans tous les départements du Nord, du Pas de Calais et de la Picardie le weekend du 10 et 11 décembre. Les méthodes du markéting tribal ont été appliqué à merveille.

Pour légitimer et crédibiliser tout ça, et avoir l’aval au plus haut de l’état  sur la vision et les valeurs diffusées par  le film, une avant première aura lieu à  Bercy au ministère des finances, ministère tutelles des douanes.  Y-t-il une volonté que le ministre des finances joue un rôle de prescripteurs ?

Mais l’acteur ne s’arrête pas là, il fera une tournée à travers toute la France. Pour faire découvrir son film à tous les français. Autant dans le nord (49 villes avant les fêtes de fin d’année) que dans le sud (en janvier). Il accompagne son film jusqu’au bout, et joue sur la corde de la proximité et de la sympathie. En effet plus on se rapproche de son audience plus elle sera intéressée et se déplacera et jouera alors le rôle qu’on veut lui faire avoir : préscrir !

On espère que le comédien réussira la prouesse d’avoir deux films qui dépassent les 20 millions de spectateurs.

Publicités